Des pratiques pour améliorer votre leadership

Formuler le développement d'une action

Un leader ne parle pas, il met en forme l'action par sa parôle. Communiquer c'est agir. Parler la langue de bois est le contraire de l'action. Chaque parôle est conservée et commentée. C'est une orientation de l'action quotidienne et une raison de se motiver pour son équipe. Un leader doit inspirer confiance. Dans une organisation (entreprise et/ ou autres), il doit donner la certitude à chacun que les efforts seront reconnus à leur juste valeur et que lui en tant que leader sera en mesure de fournir les ressources nécessaires.

Favoriser la cohésion du groupe

Les réussites et les succès de l'équipe et/ ou de l'entreprise sont des occasions de réaffirmer la cohésion du groupe. En tant que chef, il serait préférable de faire des rituels, une certaine sollenité dans la célébration. 
Venez par exemple à l'improviste dans le bureau de votre collaborateur le jour de son anniversaire avec un cadeau à la main et une parole sympathique. 
Ce genre de pratique renforce l'esprit d'équipe et le sentiment d'appartenance.






Individualiser les objectifs


Les collaborateurs préféreraient un management individualisé. La première raison est que leur contribution soit distinguée et reconnue. Mais ils veulent également que soit prix en compte l'ensemble des données de leur situation et demandent des objectifs personnalisés. Le manager doit donc tenir compte des désirs individuels mais aussi des impératifs de l'entreprise. C'est en ça qu'il est indispensable. Les résultats sont évalués et quelle que soit la situation, une sanction, positive ou négative, est prise en conséquence.




Développer l'amélioration continue




C'est une passion qui se construit. Le leader est responsable du développement du réflexe d'amélioration continue. Cette optique d'amélioration continue se favorise par l’introduction de la notion de «feed-back», l’acceptation des nouvelles façons de faire (qui doivent être facilitée, afin  d'aténuer les résistances). A lui de mettre en place le système d'incitation, financière ou non financière, pour entretenir cette volonté permanente d'amélioration.







Associer les collaborateurs à la stratégie



La réactivité devant le client, la prise de la bonne décision en situation sont devenues des qualités que l'on recherche de plus en plus chez les collaborateurs. Dans ces conditions, prendre la bonne décision suppose qu'on ait déjà bien pensé les objectifs stratégiques de l'entreprise. La seule façon d'y parvenir est d'associer les collaborateurs à l'élaboration de la stratégie. Comme dans l'ingénierie concomitante, la participation des salariés ne porte pas sur la décision initiale - "Faut-il ou non diversifier?" - mais sur les conditions de la mise en oeuvre au moindre coût, le plus vite possible, et selon les normes de qualité. Associer dès le départ tous les acteurs permet des gains de productivité élevé. D'autre part, les feed-backs des collaborateurs sur la faisabilité de telle ou telle mesure ne sont pas à négliger.

Développer la coopération



La coopération est une valeur que défendent les collaborateurs et les chefs d'entreprises. La compétition sauvage, la guerre de clan se révèle un mode de management désuet et improductif. Cela crée plus de conflits qu'il n'apporte de résultats et engage le management dans la gestion de crises interminables.
Mais la coopérationn'est pas seulement une affaire de bonne volonté, elle s'organise. L'objectif est d'emmener les collaborateurs à sortir des rapports de force. 
La coopération repose sur des pratiques concrètes :
- l'association et la transmission de l'information largement facilitées par les technologies d'informations ;
- le développement de pratiques d'aides et de transmission de savoir et de savoir-faire (expériences) généralisables à toute l'entreprise grâce également aux technologies de l'information.
Il faut enfin que les collaborateurs aient intérêt à collaborer ! Les systèmes d'évaluation et de récompense doivent prendre en compte cette dimension.

Accompagner le changement

Le leader est un passeur. Il négocie le changement et aide les membres de son équipe à prendre les virages. Pour lui, l'important est la réussite de tout le monde. Pour cela, il donne des conseils ciblés, entraîne, corrige, améliore, bref il coache. Le leader est par nature un exemple: autant professionnaliser cette fonction de façon à en faire un véritable avantage concurrentiel qui se remarque dans la rapidité d'adaptation au changement des membres de l'équipe. Cette réactivité permet un coup d'avance et fait la différence.

Comparer et innover - rechercher les meilleurs pratiques

Le leader a la capacité de prendre du recul et de s'élever pour observer le monde des affaires et repérer les meilleures pratiques. Il mesure la performance de ses équipes avec celles des meilleurs du secteur. Le benchmarking l'empêche de s'endormir sur ses leuriers. Il recherche également les innovations qu'il peut introduire dans son secteur. La réactivité est une clé essentielle : réactivité au marché et réactivité au progrès technologique. 

NB. Si vous trouvez ces articles intéressants, merci de laisser vos commentaires et revenez demain pour d'autres astuces...


Aucun commentaire

Bonjour,

Nous vous remercions de vous être intéressés par notre artcile et nous vous invitons à laisser votre commentaire.

KENTIA HOLDING sarl

Pages vues le mois dernier

Fourni par Blogger.